Home > À propos du symposium

À propos du symposium

L’AMÉLIORATION CONTINUE DE LA PERFORMANCE DES SYSTÈMES ET DES SERVICES DE SANTÉ:
UN ENJEU INCONTOURNABLE

3e symposium de la COLUFRAS,

Campo Grande, État du Mato Grosso du Sud, Brésil,

29 novembre au 1er décembre 2010

Contexte

La Conférence luso-francophone de la santé (COLUFRAS), ONG internationale dont le siège se trouve à Montréal, est née d’une entente de collaboration dans le domaine de la santé entre le Brésil et le Québec pour s’étendre plus tard à l’ensemble des pays lusophones et francophones. Elle a comme finalité la promotion d’un accès équitable à des services de santé de qualité dans une perspective citoyenne, c'est-à-dire en étant attentive aux droits des citoyens, aux préoccupations des gouvernants, ainsi qu’à la construction d’un avenir meilleur pour la santé des populations.

À titre de réseau international de communication, la COLUFRAS s’est donné comme mandat la promotion des échanges et de la collaboration entre les pays francophones et lusophones dans le secteur de la santé, de même que la promotion du français et du portugais comme outils de communication dans ce secteur.

Le premier symposium international de la COLUFRAS – « Santé et citoyenneté » - a eu lieu à Montréal en juin 2005. Son but était de faire dialoguer les expériences du Brésil et du Québec/Canada sur cinq des grandes préoccupations que partagent tous les États par rapport à leurs systèmes de santé:

1. La participation citoyenne et la gouvernance du système
2. La régulation et le financement
3. La décentralisation et l’intégration des soins
4. L’évaluation et la performance
5. La formation des ressources humaines

Et par la suite en tirer des conclusions sur la nature et les formes les plus prometteuses d’une coopération internationale respectueuse et efficiente.


Le 2è symposium international s’est tenu à Salvador (Brésil) en juillet 2007. Il avait pour thème « Equité, éthique et droit à la santé : les défis de la collaboration internationale ».

Le prochain symposium de la COLUFRAS « L’amélioration continue de la performance des systèmes et des services de santé : un enjeu incontournable » se tiendra à la fin novembre 2010, à Campo Grande, au Brésil. Il vise à réunir des responsables gouvernementaux, des professionnels de la santé, des chercheurs, des membres du milieu académique, des gestionnaires de la santé des secteurs public, privé et philanthropique, des membres d’ONG et d’organismes internationaux des pays lusophones et francophones des Amériques, de l’Europe et de l’Afrique, dans le but de trouver ensemble des réponses opérationnelles pour engager les systèmes et les services de santé des pays participants sur une trajectoire d’amélioration continue de la performance.
La pertinence du thème du symposium découle de la tension, exacerbée par la crise financière et économique de 2008, qui existe dans tous les pays entre, d’une part, la très forte demande de la population pour que l’État garantisse à toutes les personnes qui en ont besoin un accès équitable à des services de santé de qualité. Et, d’autre part, la nécessité de contrôler les dépenses publiques de santé pour limiter les déficits de l’État.
D’un côté, les attentes de la population à l’endroit du système et des services de santé, en large partie créées par les progrès de la médecine (nouvelles connaissances et développement d’innovations techniques), sont amplifiées par le vieillissement des populations et la dégradation des environnements. D’un autre côté, les gouvernements pour conserver une capacité d’agir de façon démocratique doivent réduire leur dépendance à l’égard des marchés financiers internationaux.

Les gouvernements sont ainsi placés face à un dilemme inquiétant : ils savent que leur légitimité repose sur leur capacité, pour répondre aux attentes de la population, de développer le système et les services de santé. Mais qu’ils risquent, en le faisant, de perdre leur capacité d’agir de façon démocratique en devenant de plus en plus dépendant des marchés financiers internationaux. La seule option viable consiste donc à tenter d’améliorer la performance de leur système et de leurs services de santé, autrement dit, faire plus et mieux avec les ressources existantes. Pour y arriver il faut concevoir et mettre en œuvre des réformes qui toutes visent à améliorer l’intégration, à penser autrement la gouvernance et d’offrir aux décideurs de nouveau outils d’évaluation de la performance du système de santé et de ses services.

L’amélioration continue de la performance devient ainsi une condition essentielle à la survie des systèmes de santé. Mais pour améliorer la performance, il faut d’abord la mesurer, ce qui est en soit un enjeu difficile. D’une part, les systèmes et les services de santé sont des systèmes complexes fortement dépendants de leur contexte. Ils sont formés d’une multitude d’organisations, de composantes et de programmes de services. Ils requièrent la participation de nombreux acteurs ayant des intérêts divergents et leur amélioration passe par des transformations parfois contradictoires. Et, d’autre part, le concept de performance est loin de faire l’unanimité. Les modèles utilisés pour l’évaluer paraissent souvent fragmentés reflétant les préoccupations et les intérêts divergents des différentes catégories d’acteurs impliqués.
D’où la question fondamentale du symposium : en quoi consiste la performance d’une organisation, comment l’évaluer et comment utiliser les résultats de l’évaluation pour amener les systèmes et les services de santé à améliorer le façon continue leur performance?

 

Description générale du colloque:

Le colloque vise à faire dialoguer les pratiques d’évaluation de la performance des pays lusophones et francophones, pour en faire ressortir les points communs, les différences, ainsi que les pistes de coopération à prioriser.
Le colloque durera trois jours. Il est divisé en cinq blocs:

Bloc 1: Pourquoi faut-il évaluer la performance du système de santé et de ses services?

Ce bloc introductif vise faire le point sur la façon dont le débat sur la nécessité d’évaluer la performance se manifeste au Brésil, au Québec/Canada et dans les autres pays lusophones et francophones.

Bloc 2: Que recouvre le concept de performance?
L’idée centrale de ce bloc est que le concept de performance est un concept intégrateur qui devrait permettre, d’une part, de situer les concepts d’efficacité, d’efficience, de qualité, de productivité, etc., les uns par rapport aux autres et par rapport à celui de performance. Et, d’autre part, de montrer la contribution de différentes démarches d’évaluation, telles que les démarches de qualité, de contrôle de gestion, d’accréditation, d’imputabilité, d’amélioration continue, à la démarche d’amélioration de la performance. Ce bloc donnera ainsi l’occasion de réfléchir sur la nécessité d’un concept renouvelé, global et intégrateur de la performance, sur le développement de nouveaux outils et sur le développement d’une culture d’amélioration continue de la performance.

Bloc 3 : Quelles approches sont utilisées pour évaluer la performance dans différents pays
Ce bloc de conférence vise à informer les participants sur les différentes approches d’évaluation de la performance de différents pays. On présentera les expériences du Brésil et du Québec, de la Banque mondiale, de plusieurs pays Européens (France, Portugal, Suisse…) et de l’Afrique francophone et lusophone.
Les conférences de ce bloc permettront de voir, à partir d’expériences concrètes, comment les différentes dimensions de la performance sont prises en compte et quelle sont les enjeux associés à la mesure globale et intégrée de la performance.

Bloc 4 : Quelles pistes suivre pour améliorer la performance des systèmes et des services de santé ?
Ce bloc permettra de voir comment l’évaluation de la performance a été utilisée par des décideurs et quelles pistes de coopération sont les plus prometteuses.


Partenaires
Conferência Luso-Francófona da Saúde



Opções de idioma:
 
Site em portuguÍs Português
Site em francÍs Français